jeudi 23 juillet 2009

BULLETIN des AMIS de SAINT-POL-ROUX, N°4 : parution imminente

Le bouclage fut plus long qu'escompté, plus difficile aussi, mais, ça y est, le voici, tout proche d'apparaître, dans sa couverture ivoire, le quatrième numéro du BULLETIN des AMIS de SAINT-POL-ROUX. Un an presque jour pour jour après que parut la première livraison. Il n'a cessé depuis, grâce à des lecteurs de plus en plus nombreux et fidèles, de s'étoffer et, je l'espère, de se bonifier. Désormais, il est une oeuvre collective - et l'équipe des collaborateurs grossira encore. Ce numéro nouveau s'enrichit, en effet, d'illustrations originales, spécialement réalisées par le peintre Tristan Bastit, et d'une rubrique inédite, le "coin des conteurs", animée par notre ami Eric Vauthier. Bref, un beau sommaire, pour ce BASPR4, consacré à
La Dame à la faulx
ou
l'impossible représentation
suivi de
- Saint-Pol-Roux & le théâtre idéaliste -
&
du coin des conteurs, par Eric Vauthier
dont voici un extrait de la présentation :
La présente livraison se concentre sur une période de dix ans, comprise entre 1909 et 1918, période au cours de laquelle la tragédie faillit, à plusieurs reprises, être jouée, et au cours de laquelle, à défaut de La Dame à la Faulx elle-même, on joua d’autres pièces du poète, pour la première et unique fois de son vivant.

Tout commença, officiellement, par un banquet comme l’époque les aimait. Un banquet en l’honneur de Saint-Pol-Roux, retiré en Bretagne depuis 1898. En réalité, ce dernier, loin d’en être le bénéficiaire passif, n’y était pas étranger. De passage à Paris en janvier 1909, il s’était laissé convaincre – sans trop de difficultés – par les amis de la Closerie des Lilas de re-présenter son drame à la Comédie-Française. Et le 7, il écrivait à Victor Segalen :

Sur d’innombrables conseils enthousiastes j’ai décidé la présentation de la Dame à la Faulx à la Comédie-Française. Ça va donc chauffer bientôt !
Une autre lettre, adressée onze jours plus tard à Paul Fort, permet de supposer que Saint-Pol-Roux œuvra lui-même, dans l’ombre, à l’organisation de la manifestation, ou qu’il en régla pour le moins quelques détails :

Carissime, par lettre j’ai soumis un projet de formule à l’ami Vallette. Ne sais s’il lui conviendra. Prière de le voir à ce sujet. En tout cas me suis permis de lui donner pour ce Banquet la date du samedi, 6 février, qui me semble très propice.
Dans la confidence, trois complices de choix : Paul Fort, directeur de Vers et Prose, Alfred Vallette, directeur du Mercure de France, Jean Royère, directeur de La Phalange, qui étaient à même de mobiliser les troupes littéraires et artistiques. On les retrouve d’ailleurs en très-bonne compagnie dans le comité organisateur du banquet, dont le détail figure sur le carton d’invitation. La périphrase qui y désigne Saint-Pol-Roux, « l’auteur de La Dame à la Faulx » n’est probablement pas anodine et laisse entendre que la conviviale réunion fut provoquée pour servir la cause non pas du poète en prose des Reposoirs de la Procession mais bien celle du dramaturge.

Quoi qu’il en fût de sa spontanéité, le banquet fut un réel succès, accomplissant ce tour de force d’asseoir dans une même salle et une cordiale entente – les commentateurs eurent raison de le signaler – quatre générations d’artistes et d’écrivains : parnassiens, avec Léon Dierx qui présidait et Catulle Mendès, symbolistes du premier convoi, symbolistes du deuxième convoi et naturistes, les jeunes, néo-symbolistes, abbés de Créteil, unanimistes, fantaisistes, indépendants, etc. Près de cent-cinquante convives y assistèrent. Ils furent plus nombreux encore à signer la Requête, que Jean Royère présenta à la fin du repas, pour que La Dame à la Faulx fût représentée à la Comédie-Française, car elle circula...
Au sommaire, des lettres et textes inédits ou rares de :

André Antoine, Jacques des Barreaux, Jules Claretie, Claude Debussy, Dorsennus, Édouard Dujardin, Régis Gignoux, Carlos Larronde, Paul Léautaud, Louis Mandin, Camille Mauclair, Louis Peltier, Gaston Picard, Georges Pioch, Auguste Rodin, Jean Royère, Guillot de Saix, Édouard Schneider, Victor Segalen, François Signerin, H. de Sombreuil, A. de Talmours, Léon Treich, etc.

Le Coin des Conteurs : "A propos de L'Amour tragique de Camille Mauclair"
par Eric Vauthier.

Notes & présentation, par Mikaël Lugan.

Frontispice, vignettes, bandeaux & culs-de-lampe
de Tristan Bastit

Ce quatrième numéro, de 88 pages, est tiré à 111 exemplaires numérotés et signés de la main du compilateur : 10 exemplaires sur papier de Rives, numérotés de 1 à 10 à l'encre rouge, constituant le tirage de tête et 101 exemplaires sur papier offset extra-blanc, numérotés de 11 à 111 à l'encre noire. Prix : 11 € franco de port pour la France et l'Europe.

Pour souscrire à cette livraison, adressez un mèl à harcoland(at)gmail.com.
Nota : Il reste une petite dizaine d'exemplaires des n°2 & 3, un peu moins du n°1.

1 commentaire:

Yves Letort - Feuilles d'automne a dit…

La précision tue l'appel de commentaires. Mon cher SPiRitus, la prochaine fois faites preuve d'un peu plus de mystère...